Rechercher

17.04.2018 au 19.04.2018

Les Fils prodigues (Diptyque)

De Joseph Conrad et Eugene O’Neill
Mise en scène : Jean-Yves Ruf
Partager sur Facebook

Création son : Jean-Damien Ratel

Création lumière : Christian Dubet

Création vidéo : Thomas Guiral

Scénographie : Laure Pichat

Création costumes : Claudia Jenatsch

Traduction : Françoise Morvan

Avec : Djamel Belghazi, Jérôme Derre, Vincent Mourlon, Fred Ulysse, Johanna Hess

Un fils part en mer après s’être brouillé avec son père ; celui-ci, plein de remords, fantasme le retour du fils. Miroir de la deuxième pièce : un fils quitte son père après l’avoir volé et part en mer. Le père le maudit et lui promet qu’à son retour, il trouvera une corde pour se pendre. Deux nouvelles, de Conrad et O’Neill. Avec la mer pour trait d’union, elles nous content l’échec de la transmission. Une histoire profonde, ancrée dans nos peurs archaïques.

Dans la première pièce, lorsqu’enfin le fils revient, il ne correspond pas à l’être rêvé par le père, celui-ci ne le reconnaît pas. L’écriture y est courte, dense, remarquable.

Chez O’Neill, autre poète marin, le père ne se contente pas de mots, il accroche une corde dans la grange pour rendre sa malédiction présente quotidiennement. Il y a dans ces deux pièces une rêverie cruelle et profonde sur le thème séculaire de la relation fils-père. Nous sommes au coeur d’un danger larvé qui pèse sur nos sociétés : les pères se recroquevillent sur leurs obsessions et leurs certitudes, les fils refusent la filiation. L’argent devient alors la seule valeur concrète et transmissible. Mais chez Conrad et O’Neill, les fils ne désirent pas dépasser les pères, aucune tentative de réinventer quelque utopie sociale que ce soit, juste une aspiration à la fuite. Au plateau, des images vidéo font contre-chant. Une respiration qui nous donne alors à rêver : à nous de réinventer des possibles…

La presse en parle

« Fasciné par le jeu habité des comédiens, saisi par cette mise en scène âpre et sobre, on se laisse totalement happer, séduire par cette mise en abyme des rapports familiaux, qui fait forcément écho à nos propres ressentiments, nos angoisses les plus intimes. » Mediapart

« Jean-Yves Ruf ne fait aucune concession à la rugosité des textes tout en insufflant de jolis moments de poésie. » La Terrasse

Conférence autour du spectacle

Père et fils prodigues selon les arts, les retrouvailles à la rencontre manquée
Intervenant : Rémy Vallejo — Comédienne : Juliette Steiner
Peinture, sculpture et littérature n’ont cessé de visiter la parabole biblique du fils prodigue qui, sous le pinceau de Rembrandt, le ciseau de Rodin et la plume de Rilke, révèle les parcours inattendus, communs et singuliers de l’âme humaine.
En partenariat avec le Centre Emmanuel Mounier de Strasbourg.
C D E - Studio Delphine Seyrig
Ve 13.04 à 19h
Entrée libre - Réservation souhaitée au 03 89 24 31 78

Dates et horaires

Salle Michel Saint-Denis

17.04.18 à 19h

18.04.18 à 20h30

19.04.18 à 19h *

* Rencontre avec les artistes à l’issue du spectacle

Billetterie

Vidéo

Production

Chat Borgne Théâtre
Coproduction Le Maillon Strasbourg, La Comédie de Picardie – Amiens, Théâtre de Sénart